Ah mais oh la la, mais bonheur!

A l’heure où cet article sera mis en ligne (à la minute près, en fait), mon avion sera en train de décoller pour nous faire passer une semaine de vacances bien méritées.

Avec un peu de chance, en plus, on ne sera pas victimes de l’énième crash. C’est d’ailleurs flippant comme les catastrophes aériennes se multiplient à chaque fois qu’on est sur le point de prendre l’avion, Pouêt et moi.

La première fois que ça m’a fait tiquer, c’était le Rio-Paris, et puis l’avion des Seychelles (on a même eu le plaisir de découvrir le truc à cause des journalistes à l’aéroport). De là à développer une légère angoisse hublesque (de hublot), il n’y a qu’un pas.

Mais après tout, pour un peu de rêve je suis prête à prendre le risque.

Surtout que c’est super amusant, en faisant la queue pour embarquer, de faire des commentaires sur les risques en avion. T’as toujours deux ou trois personnes qui écoutent notre conversation et qui commencent à paniquer. 

Comme quoi je suis une salope sadique.

Pouêt dit qu’on risque de se faire virer à jouer à ça, mais je pense qu’il y a a quand même pire. Genre le con au départ de New York qui a voulu faire de l’esprit avec les types de la sécurité. Quand ils lui ont demandé ce qu’il avait dans sa sacoche, il a répondu: « une bombe ».

J’espère que personne l’attendait à destination…

 

Et puis il y a ce moment que j’affectionne particulièrement: la sortie de l’avion.

C’est encore mieux quand on doit descendre sur le tarmac.

Tu subis pendant des heures la climatisation de l’avion et, brutalement, tu es balancé dans un four. L’Afrique du nord est un peu trop sec, mais cette sensation en Afrique Noire est absolument délicieuse. T’as une lourdeur incroyable qui s’abat sur tes épaules et une odeur forte de terre. Certains diront que c’est affreux mais moi je me sens vivre.

C’est un peu ma madeleine de Proust…

 

Mais vous allez croire que la seule chose qui m’intéresse dans les voyages c’est l’aéroport, donc:

Y’a bien sûr les petites aventures sympas dans le hall de l’hôtel. Cette fois j’ai décidé de protéger mon truc dans un pull, j’ai moins de chance d’avoir besoin de le sortir devant des enfants.

Y’a la découverte de la chambre. Avec la surprise de voir si c’est tout mignon et cosy, ou si c’est un cloaque grouillant avec les fils qui pendent du plafond et la clim qui se meurt. Option taches douteuses sur les draps et cheveux filasses dans le lavabo (non, mais comment j’ai hâte!).

Y’a les buffets. Tourista, tourista pas? (M’en fout, j’ai fait le plein de smecta.)

Y’a le farniente à mort. Le petit dej à 7h du mat mais t’es pas fatigué. 

Y’a les cochonneries que je ferai avec Pouêt parce qu’on aura ni la télé ni internet, et que donc faudra bien occuper le temps héhéhé mouhahahahaha.

D’ailleurs, à ce sujet parlons PMA quand même, je m’étais rendue compte avec plaisir que j’avais toutes les chances d’ovuler cette fameuse semaine. Ce qui est cool car c’est aussi la semaine de l’année où Pouêt et moi on cotise pour nos années d’espérance de vie. Mais genre les histoires de Miliette avec son beau dépanneur, à côté, c’est Princesse Sarah.

Manque de bol, j’aurais fait mes œufs quelques jours avant. Chiotte, je vais pas pouvoir psychoter comme une tarée le reste de mes vacances (parce que la semaine précédente, c’était ceinture. Faudrait pas qu’on vive trop longtemps quand même).

Tant pis, on fera une FIV. Comme les stars.

 

Et puis enfin, y’a les petits restos, les promenades, les harcèlements dans les souks ultra touristiques. Avec toujours des types qui t’abordent sous un prétexte idiot pour t’emmener acheter des tapis.

Genre celui qui voudrait te faire croire qu’il est « le cuisinier de l’hôtel ». On savait un peu, donc à peine il commence à dire: « bonjouuur! Vous ne me reconnaissez pas?« , on répond du tac au tac: « Ah mais si! Vous êtes le cuisinier de l’hôtel! (C’était délicieux hier soir, merci!)« . Alors le mec se barre.

Et puis se faire appeler « gazelle » toute la journée, en rire aux larmes. Faire des imitations de gazelle. Fêter ça avec une bonne bière éventée…

 

Ça se voit que j’ai hâte et que j’en peux plus d’attendre?

 

Je vais donc disparaître temporairement de la blogo, chahutez pas trop parce que je ne n’ai pas envie d’être out en rentrant.

Publicités

18 commentaires

  1. Dis donc, vous êtes des sacrés indic’ de crash… J’aime beaucoup ta façon de décrire l’arrivée en Afrique de l’Ouest en saison des pluies, c’est exactement cela dans cette zone en ce moment : chaleur et humidité, tu sens l’odeur de la terre, et direct tu te sens ailleurs. En tout cas, j’espere que vous aurez une super chambre pour y passer de bons moments et de bonnes vacances !!!! Profitez bien ! Bises

    J'aime

Fais moi rire (ou console moi):

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s