Et si on pétait des confetti

Il y a 12 ans (quand j’avais 14 ans donc), je suis tombée enceinte comme par magie. Je vous passe le test de grossesse positif à quasi 3 mois et l’absence totale de trouille de faire une fausse couche, vu que l’écho des 12 SA a suivi dans la semaine. Honteux.

Pas de saignements à la con, pas de maux trop importants, tout glissait comme un savon au fond d’une baignoire. Certes, mon conjoint de l’époque était un connard en puissance, mais à l’époque j’étais encore amoureuse. Et naïve.

Oh, si naïve!

Pour moi la grossesse, l’accouchement et la parentalité en général, c’était assez proche d’un champ de coquelicot sous la brise d’un mois de juin où la princesse Kate aurait accouché, voyez?

Déjà, j’ai découvert à ma visite des 7 mois que tout le monde n’allaitait pas. J’ai vécu jusqu’à mes 18 ans dans des pays dit en voie de développement, ceci explique peut être cela. Donc quand une sage femme m’a demandé si je comptais allaiter, je l’ai regardé comme si elle me demandais si j’avais l’intention de filer à bouffer à mon bébé ou si je préférais le laisser crever dans un fossé. Jetez moi des pierres, mais j’étais persuadée que les biberons étaient réservés aux grands bébés, ou alors de façon extrême à ceux qui n’avaient plus de mères, ou dont la mère n’avait pas de seins. Bref, j’ai découvert ce jour là qu’on pouvait se pencher sur la question.

Ensuite, genre une semaine avant mon accouchement, j’ai découvert aussi le principe de l’épisiotomie. Hein que je m’étais vachement informée? Par contre, ne vous inquiétez pas, le concept de la péri je connaissais, hein! Même qu’au bout de quelques heures, j’aurais volontiers égorger toute personne se trouvant sur mon passage pour l’avoir.

Dommage, parce que à ce moment là, les anesthésistes étaient occupés avec les FIV. Vu que je confondais FIV (ponctions je suppose?) avec transfert, je peux vous dire que j’ai maudis ces putains de chochottes qui me piquaient mes anesthésistes alors que moi, j’en avais vraiment besoin.

Finalement, après avoir presque injurié l’étudiante sf, on m’a proposé d’accoucher allongée sur le côté (avec une patte en l’air) pour un accouchement plus physiologique avec moins de risques de craquage intempestif. J’ai trouvé ça beaucoup plus confortable que sur le dos.

Et quand, dans les vapeurs de la poussée, j’ai vu quelqu’un dégainer les ciseaux, j’ai supposé que c’en était fini de mon périnée et que j’avais eu droit à l’épisio. L’histoire est rigolote, parce que j’ai demandé à une dame qui se trouvait là, et dont je ne connais absolument pas le rôle, si on m’avait coupé. Elle a eu un sourire d’une gentillesse et d’une chaleur extrême et m’a dit que non. Et c’est le sourire de cette femme qui m’a donné envie d’être infirmière.

Enfin bref, vous vous demandez où je veux en venir?

Ben je veux dire que, comme la Reine, on peut ne rien attendre de spécialement beau de son accouchement ou de la parentalité. Qu’on peut avoir plein d’idées reçues et se rendre compte que tout n’est pas uniforme. Qu’on peut avoir des rêves et que c’est super. Qu’il peut y avoir des imprévus et que c’est con. Qu’on peut donner le biberon ou le sein, que ça peut être facile ou pas. Qu’on peut avoir un bébé de l’amour avec un abrutis comme un bébé synthétique avec l’homme de notre vie (ou inversement).

Que même on peut ne pas avoir de bébé du tout, par choix ou pas. Ou alors un bébé qui ne nous ressemble pas.

Mais ce qui est gonflant, bordel à cul de pompe à merde (excusez, j’ai promis de placer cette expression), ce sont les personnes qui vous imposent ce qui doit être chouette ou pas.

Genre une césarienne -> paaas bien!

La péri -> paaaas bien!

La position sur le dos -> ouuuuuuuh!

Le biberon -> Appelez les services sociaux!

La tétine -> 5 mois avec sursis

Un enfant adopté -> au secours

Un enfant né d’un don de gamète -> la hooonte!

Pas d’enfant du tout -> sortez la corde!

Etc.

Perso je trouve ça très bien les accouchements physio dans l’eau comme MCPT, l’allaitement et les couches lavables. Si j’avais eu un deuxième enfant j’aurais même été tentée par la non péri. J’ai des petits idéaux à mon petit niveau. J’aime bien aussi l’idée qu’on fasse un môme avec une petite levrette bien placée dans la buanderie, plutôt qu’en se tapant 4 ans de PMA ou 6 ans d’agrément pour une adoption.

Mais à quel moment les gens décident de faire chier les autres avec leurs propres idéaux? Je veux dire, au delà de leur faire part de leur propre expérience (si le sujet est abordé)?  Tout comme les pmettes n’en ont rien à foutre de la soeur boulangère de la voisine des grands parents qui a eu un enfant quand elle n’y pensait pas; les personnes qui réfléchissent à la maternité n’ont rien à branler de l’avis des extrémistes de tous poils qui ont peut être pas tort de temps en temps, mais qui font passer leur idées à coup de propos moralisateurs et culpabilisants.

Et y’a pas besoin d’aller sur crétissimo pour avoir le plaisir de se faire remonter les bretelles, y’a même des chieuses qui interviennent sur nos blogs PMA.

Publicités

116 commentaires

  1. Je ne comprends pas sur quoi qqun s’est permis de venir t’écrire des choses désagréables mais elle aura compris qu’une Chouette en colère, ça déménage!!!
    Excellent ton post!
    Bravo ma Chouette! 🙂

    J'aime

      1. C’est moi le commentaire en question sur l’article de Miliette? si oui, je suis sincèrement désolée je ne voulais pas du tout donner de leçon, juste faire un retour d’expérience!! Clairement chacun fait comme il veut.

        J'aime

          1. Ouf je suis rassurée! en me relisant je me suis dit que ça pouvait sembler un chouilla péremptoire!! J’ai pas vu passer le com en question, je suis trop coincée dans mon monde magique de la couche lavable qui sent la vieille pisse 😉

            J'aime

  2. Niveau connaissances sur la maternité et devenir parent, j’en apprends chaque jour, alors non, faut pas me jeter de pierres, ça ne veut pas dire que je ne suis pas « motivée » mais juste que je n’ai qu’ici pour en parler et apprendre, et que ça limite bien les choses ^^ Donc je suis bien évidemment d’acc avec toi, les gens ont des aprioris pour beaucoup de choses, et certains ont sans doute étudier les questions. Mais après, je ne sais pas si c’est le manque de tact ou d’indulgence, mais bordel, qu’il est compliqué d’être face à ce genre de personne ! (Et qui ne veulent rien comprendre …) Je file voir ton lien 🙂 Bisous

    J'aime

  3. Merci la chouette de remettre les choses au clair… Moi je trouve ça super de lire les blogs de nos copines enceintes qui ont toutes une façon différente d’aborder la grossesse, l’accouchement et l’élevage de leurs bébés synthétiques. Ca montre qu’il y a plein de façon de vivre le devenir parents et l’important c’est que chacun y trouve son compte. Jamais je ne me permettrais de critiquer tel ou tel choix même s’il est différent du mien.

    Aimé par 2 people

  4. Je suis tout a fait d’accord avec toi ! Et tu connais le dicton : » Avant j’avais des principes maintenant j’ai des enfants ». J’aime la diversité on en apprend tellement que se soit sur la parentalité, la mise au monde et le stuff pour les marmots ^^ . Donner un avis oui mais critiquer non car on est tous différents, on à tous une histoire, un vécu, des valeurs et autres qui nous rendent uniques. Et puis faut se le dire l’uniformité c’est d’un ennui!
    Merci La Chouette, tu as un style sans pareil !
    Bisous

    J'aime

  5. C’est tres bien dit ! Enfaite , dans la maternité, comme dans la vie on a le droit de faire ce que l’on veut, allaiter ou pas , donne des biberons ect tant qu’il n’y a pas de maltraitance rien ne me dérange 😉

    J'aime

              1. Parce qu’en sciences molles, quand même, on a une rigueur scientifique : un phallus c’est plein de vigueur! Ah tiens ça me rappelle un autre dossier que je devrais t’envoyer!!

                J'aime

  6. J’ai l’impression que la dame en question est avant tout nulle en comm’.
    Dans le sens où elle a l’impression d’informer en exposant calmement un point de vue, sauf qu’à la lire on dirait une maîtresse qui sermonne.
    Il y a des gens plus agressifs qu’elle. Par contre on peut légitimement se demander d’où lui est venu l’idée, parce que quelqu’un qui te dit « je suis sereine, j’y vais sans me prendre la tête et ça va le faire », ne te donne normalement pas trop envie de lui dire « mais t’es sûre que tu devrais pas flipper ta race et te préparer comme une dingo à faire respecter des idées que t’avais pas jusqu’à il y a 5 minutes ???? » 🙂

    C’était quoi, ton pays en voie de développement qui ne connait pas les tétines taille 0-6 mois mais qui a la péridurale? On peut avoir un indice?

    Aimé par 1 personne

  7. Sinon, je crois qu’il y a un S à confetti quand c’est au pluriel, mais je ne suis pas certaine car ça vient peut-être de l’italien, genre un confetto des confetti….
    Du coup, j’ai fait un tour sur wikipédia et il semble bien qu’il y a un S en français de puis le 6 décembre 1990
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Confetti#Origine_et_orthographe_du_mot
    C’était l’instant orthographe de la quiche en orthographe.

    Aimé par 1 personne

  8. Suite à ce post je suis allée voir de quoi il était question sur le blog de la Reine, et franchement j’avoue ne pas bien comprendre ce déferlement de violence à l’encontre d’une nana qui certes m’a fait avoir un haut de coeur quand j’ai lu la ligne « qu’on soit C1 ou C35 ou FIV au final on est sur la même ligne d’arrivée », mais qui finalement ne fait que défendre avec coeur une autre étape du processus. Pour avoir souffert 4 ans du manque d’enfant, avoir fait TOUT le parcours de PMA jusqu’à la FIV ICSI (2 fois) de la dernière chance et avoir monté un dossier d’adoption, ça ne m’empêche pas aujourd’hui, alors que je suis en fin de grossesse, de m’interroger sur l’accouchement. J’envie la Reine de voir les choses comme elle les voit, après tout, c’est génial de faire confiance au personnel médical, et de ne pas s’imposer des questionnements supplémentaires qui pourraient rajouter de la souffrance, comme ça m’en rajoute à moi. Nous qui avons connu la PMA, on s’est toutes épanchées sur les « violences » subies par le corps médical, et pour certaines ça reste ancré en nous, et moi je suis encore marquée au fer rouge par toutes ces humiliations. Etant donné que j’en souffre encore beaucoup, je ne peux pas non plus rester fixée sur le fait d’avoir un enfant en bonne santé, car je vois cet accouchement comme un moyen de récupérer le peu de naturel que j’ai perdu en PMA. Et malheureusement, pour être dans le milieu médical et qui plus est dans le monde de la naissance, je ne peux qu’observer qu’un certain nombre d’autres violences sont parfois imposées aux femmes, et je comprends que cela puisse en indigner certaines. Cela indigne cette nana en C1, comme cela m’indigne malgré ma FIV ICSI 2… Je ne la trouve pas moralisatrice, elle s’insurge simplement maladroitement, et il me semble, contrairement à toi, sans violence, contre des pratiques qui dans l’absolu valent le coup d’être remises en question.

    Encore une autre remarque, quand on souffre de la PMA bien profond, qu’on se sent seule au monde parce que personne dans l’entourage ne vit ce qu’on vit, je pense que ça pourrait faire du bien de se dire que des PB de C1, qu’elles soient une soeur ou une amie comme elle se définit, se renseignent sur ce qu’on vit, même si au final elles restent maladroites parce qu’elles ne sauront jamais ce que c’est de se dire qu’on ne sera peut-être jamais mères.

    C’est probablement justifié de les remettre à leur place et de leur faire comprendre leurs maladresses, mais avec un peu plus de douceur il me semble que ce serait faire preuve d’un peu plus de tolérance….

    J'aime

    1. Il n’est pas question de fustiger le choix d’un accouchement physio (relis moi, c’était un de mes projets), mais plutôt de pointer du doigts les personnes peu délicates dans leurs interventions.
      Si tu as lu la réponse que je lui ai faite, tu auras compris que ses commentaires n’ont pas été reçus par l’auteur comme bienveillants et sympathiques.
      Je dénonce aussi une autre lectrice qui a largement dépassé les bornes. Deux dans la même journée, ça valait bien un petit article.
      Quand au ton général de mon blog, je reconnais qu’il est souvent sur le mode scandalisé et exagéré. C’est un peu ma marque de fabrique 🙂 . On aime ou on aime pas…

      Aimé par 1 personne

      1. Je sais bien, et j’y suis habituée ce n’est pas le problème… mais c’est juste que là j’ai ressenti de la peine pour elle, d’habitude ça ne m’arrive pas, je me suis dit que c’était rare une C1 qui s’intéressait à nous, et qu’à mon avis elle ne remettra plus les pieds ici. Sa réponse je l’ai lue, et il me semble qu’elle s’excuse…C’est en tout cas ce que j’ai retenu.

        Quant à l’autre lectrice, là je n’ai pas suivi l’affaire…

        C’est ton blog, tu dis évidemment ce que tu as envie de dire et de la façon dont tu en as envie, mais tu ne peux pas empêcher les lecteurs/trices de parfois trouver ça un peu dur, et sur ce coup là moi aussi j’ai eu envie de prendre un peu sa défense (si j’avais pu imaginer qu’un jour je défendrais une C1.. 😉

        J'aime

    2. Salut!

      Bon ben tu me rassures, moi non plus ce comm’ ne m’a pas fait bondir…

      Ce qu’on peut lui reprocher surtout c’est d’être pas mal hors sujet, un peu comme un chien qui débarque dans un jeu de quille, mais sans mauvaise intention…

      J'aime

  9. Je voudrais lire tous les coms des 2 articles en lien + le tien mais pas le temps (pourquoi faut il bosser ?). Ce matin en découvrant l’histoire chez La Reine je me suis dit ouh là c’est pire qu’un hérisson la Chouette ça pique grave ! T’as tout bien dit, bien répondu. T’aurais pu en mode court lui suggérer aussi maintenant qu’elle sait tout tout tout sur l’accouchement d’aller s’éduquer sur le respect d’autrui, de sa différence et de ses idées. Mais bon t’as voulu faire long je respecte.
    Pour le coup tu mériterais bien de voler la couronne de la Reine chapeau bas !

    Aimé par 1 personne

  10. Bonjour,
    J’ai déjà commenté sur un de tes posts « dément ». Ce matin j’ai lu cet très bon article de Millette sur les couches lavables et j’ai été choqué par un des commentaires. Je me suis dis « la chouette  » va faire une réponse… et le miracle a eu lieu. Merci!
    Arriver à tomber enceinte, la grossesse, accoucher, être parent : en théorie de beaux moments mais en pratique pas toujours. Chacun a le droit de penser ce qu’il veut alors vive les couches lavables et stop aux projets de naissance 🙂
    Bonne journée

    J'aime

  11. Donc la chieuse en question, c’est moi, salut à toutes.

    Je ne vais pas épiloguer, tout a été dit.
    Je déplore simplement qu’on me prête des intentions que je n’ai pas. Surtout qu’en fait on dit plus ou moins la même chose. Je n’ai nullement dit qu’il fallait ou ne fallait pas faire d’une manière ou d’une autre. Il me semble avoir dit à plusieurs reprises que l’essentiel était le choix. Et je dénonçais justement cette absence de choix ! Là où j’insiste, c’est sur l’information. (Ne pas souhaiter s’informer est aussi un choix !) Donner une information, une ouverture, d’autres manières de voir, ce n’est pas à mon sens culpabilisant.

    Dénoncer des abus sur le corps et l’esprit des femmes, je pensais que cela vous parlerait, vous plus qu’à d’autres. Je pensais qu’on pouvait apporter d’autres points de vue sans pour autant se faire laminer. J’ai essayé de le faire avec courtoisie, visiblement je m’y suis mal prise. J’ai présenté mes excuses, je les fais ici aussi, puisque je suis citée.

    Merci à Libellule de t’être portée mon avocate, tu as très bien résumé.

    Bon courage à toutes quel que soient vos parcours.

    J'aime

    1. Je prend rapidement la plume pour défendre la chouette.
      Mon post ne se voulait nullement polémique et je ne m’attendais pas à autant de réactions.
      J’ai ressenti ton commentaire comme une agression car j’ai eu l’impression que j’étais qu’une imbécile et que j’allais être une victime de mon accouchement tout ça parce que je n’ai pas de projet de naissance.
      Entre les 8 heures de cours de préparation, la lecture de blogs et de sites, j’ai eu l’impression, mais je me trompe peut-être, d’être assez informée sur les différentes options pour accoucher et ma conclusion a été que la présence d’un service de réanimation neo-natal était plus importante à mes yeux que la possibilité d’avoir un accouchement physiologique. Et de lire en majuscules qu’un accouchement réussi ce n’est pas bébé et maman qui vont bien alors qu’on arrive enfin sur la ligne d’arrivée d’un marathon de 3 ans, c’est difficile à lire.
      En voyant ta réponse ce matin, je me rend compte qu’il s’agit de maladresse, mais en toute sincérité je ne l’ai pas vécu comme ça du tout hier.
      La chouette dit juste que chacun fait comme il l’entend et qu’il n’y a pas besoin de juger les autres.

      J'aime

      1. Si on va par là, en n’ayant aucun projet de naissance (alors que ma maternité respecte les projets de naissance ds la mesure du possible), moi aussi j’ai été victime de mon accouchement. Je porte plainte contre qui, dis ?

        J'aime

  12. Je trouve que Verveine â essayé de passer un message et s’est exprimé maladroitement mais n’a pas voulu blesser La Reine (même si c’était maladroit). Bon, tu lui as bien répondu sous le commentaire et elle s’est excusée, en expliquant son point de vue.
    En revanche, le com sous l’article de Miliette est super gratiné et couillu. Et ton article lui répond parfaitement. En même temps, Miliette est une mère parfaite, elle n’a pas â essayer d’être parfaite, elle l’est. Point.

    J'aime

  13. Je découvre tout juste ton post et je crois que t’as tout très bien dit. J’ai parfois l’impression de passer pour une chieuse qui dit ce qui est bien ou pas bien, notamment sur l’allaitement. Mais vraiment, si aujourd’hui je ne me sens pas d’allaiter (la bonne blague!! J’ai bien le temps de changer d’avis puisque de toute façon, la question ne se pose pas encore…), je respecte tout à fait qu’on puisse choisir d’allaiter son enfant. J’avoue que l’imposer aux yeux de tous, à titre personnel, ça me dérange un peu, mais c’est avant tout ma propre pudeur qui est gênée… Je n’irais pas dire à une maman qui allaite en ma présence qu’elle doit changer de pièce sur le champ. Dans ces cas-là, au pire, je changerais de pièce (même si ça ne m’est jamais arrivé hein!).
    Bref, chacun est libre de faire ce qu’il veut sans avoir à justifier sur ses choix.
    Malheureusement, sur ce genre de questions, tout le monde à son petit grain de sel à apporter, sur la blogo comme ailleurs. Et j’admets que je ne suis pas en reste peut-être parfois? Ou je peux donner l’impression en tout cas…? Ce sont les limites de l’écriture… Ca laisse libre court à toutes les interprétations!
    En tout cas, dire ce qu’on envisage pour soi sans rentrer dans le jugement de l’autre, je trouve ça constructif. Ca permet de confronter les points de vue. Si et seulement si c’est fait dans le respect !! Et sur les couches lavables, j’ai moi aussi été un brin choquée…
    Je vais lire l’autre polémique du coup !

    J'aime

    1. Moi aussi je dois être chiante des fois. J’espère juste que j’ai pas l’air d’une moralisatrice hautaine.
      Par exemple: tu sais que quand on a choppé le coup, on peut tout à fait allaiter à 1 mètre d’inconnus sans qu’ils ne voient un bout de sein! 😀

      J'aime

      1. Non, j’avoue, je ne sais pas… D’ailleurs, je l’admets, je ne sais même pas de quoi je parle. Je crois que me projeter et participer au débat, alors qu’en vrai, je ne suis pas vraiment concernée (le serais-je un jour?), c’est juste une manière de me raccrocher au fait que oui, peut-être, un jour, moi aussi je me poserais ce genre de questions. Mais la vraie vérité, c’est que je me sens encore un peu loin de tout ça et franchement décalée sur ces questions-là… Du coup, la question est: peut-on parler de ce qu’on ne connaît pas vraiment?

        J'aime

          1. Non mais vraiment, j’en viens à me dire que peut-être on ne peut pas. C’est peut-être pour ça que notre entourage se montre souvent maladroit quand on évoque l’infertilité. Ils ne savent pas de quoi ils parlent…

            J'aime

            1. Ben tu peux dire que voir des femmes allaiter te renvoie à ta propre pudeur sans que ce soit un avis à la con. Par contre si tu dis: « la cousine de ma voisine a allaité son fils et c’est un petit con, donc allaiter rend con », là il vaut mieux se taire comme notre entourage au sujet de l’infertilité 😀

              J'aime

Fais moi rire (ou console moi):

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s